Projet 1ASSP2 : »Mémoires, transmissions familiales »

Rencontre avec M. Etienne GUILLERMOND, journaliste et écrivain, auteur du livre « Addi Bâ résistant des Vosges » »

Le 17 mai 2019  a permis la rencontre entre la classe 1 ASSP2 et M.Guillermond. De cette rencontre sous les angles de la Mémoire et de la transmission familiale avec le partenariat de l’ONACVG du Bas-Rhin représenté par Mme Perrine Lethenet, nous voulons laisser des traces…

Projet pluridisciplinaire dans le cadre du CESC encadré par Mme Untereiner (professeur de SMS) et M.Soobrayen (professeur de Lettres-Histoire).

Impressions d’élèves de la 1ASSP2 de la journée du 17 mai sur le projet d’Addi Ba , une transmission familiale ou une mémoire nationale ?

« La journée du 17 mai 2019 m’a beaucoup plu. Je suis une fille qui n’est pas forcément la plus grande fan d’histoire , loin de là. Mais le fait d’avoir creuser l’histoire d’Addi Ba m’a beaucoup plus. Monsieur Etienne Guillermond était fabuleux de nous partager ses connaissances . Je le remercie volontiers. Une journée au top. Merci à l’équipe de direction , à la vie scolaire , d’avoir participé avec nous à ce moment de Mémoire. » Agathe Beudy

Lire la suite

Projet 2BPA/2BPC1 : « 1918- 2018, et moi… Je témoigne pour ceux qui sont morts »

P1090005-1Pour clôturer leur projet de classe dans le cadre du centenaire de la Première Guerre Mondiale, les élèves de 2BPC1 et de 2BPA ont présenté leurs travaux autour du thème : « 1918 -2018 : je transmets ma vision du passé et je témoigne pour ceux qui sont morts ».

Le lundi 15 octobre dernier, les élèves visitaient les différents sites mémoriels de la Bataille de VERDUN. Ils s’étaient recueillis sur une tombe à Verdun et avaient imaginé les dernières heures de ce soldat sur le champ de bataille.

Cette journée avait donné lieu à des travaux d’écriture et à un petit film, rendant compte des compétences mises en œuvre cette année. Le 14 mai, à l’amphithéâtre du lycée, face à leurs parents et leurs professeurs, des élèves des deux classes ont lu les textes rédigés, avant que Maxime KRESS (2BPC1) ne présente son film tourné à cette occasion.

Mmes EGLEMME et REMY (professeures de Lettres/Histoire)

« VERDUN », un film réalisé par Maxime KRESS (2BPC1)

Diaporama de présentation du projet en images

 

Au CFA, les apprentis vendeurs coiffés par les apprentis coiffeurs

Dans le cadre d’un projet sur l’apparence lors d’un entretien d’embauche, le petit groupe de germanistes de la classe 1V1 s’est rendu au salon de coiffure. Les apprentis de la classe 1BPCO1, Kevin, Yannis, Serhrat et Alizée les ont accueillis avec professionnalisme et bienveillance.

Un grand merci aux jeunes coiffeurs et à leurs enseignants Mr Krantz et Mme Dangel ! (Laure Cogne)

Heute war ich mit meiner Klasse beim Frisör. Yannis hat sich um mich gekümmert. Er ist Lehrling. Er hat meine Haare gewaschen. Dann hat er meine Haare frisiert und geföhnt. Meine Frisur ist jetzt sehr schön. Ich bin zufrieden.  Sarah (1V1)

Les TCECM au championnat régional des mini-entreprises

Ce vendredi 3 mai 2019, nous sommes allés au Championnat Régional des Mini-entreprises E.P.A (Entreprendre Pour Apprendre), au Conseil de L’Europe à Strasbourg.Nous nous sommes donné rendez-vous à 7h45 devant le Conseil de l’Europe. Nous nous sommes dirigés vers la porte d’entrée et nous avons passé les contrôles de sécurité. Nous sommes allés directement sur notre stand situé au niveau 1, à droite du grand escalier. Nous avons mis nos t-shirts blancs avec le logo de la mini-entreprise, nos badges et Nasrine  a enfilé le costume de notre mascotte, un lapin tout doux et tout blanc.

CEBC1172-5213-4B0C-B8EF-8A6DC908766DA 8h45, le premier jury s’est arrêté à notre stand et nous lui avons présenté notre projet ; les membres du jury nous ont posé ensuite des questions. Puis toute l’équipe a été photographiée par un photographe professionnel.

Notre mascotte « Mme Lapin » faisait le tour des stands afin d’être repérée par le plus grand nombre de personnes. Elle informait le public qu’on avait le stand n°38 et elle distribuait des tickets de tombola pour faire gagner …. la mascotte de notre mini-entreprise, justement ! C’est vrai que Mme Lapin avait beaucoup de succès :  il y avait du monde qui voulait être pris en photo à côté d’elle !

A 11h30 nous avons été appelés par une personne de l’équipe EPA pour nous diriger vers la salle afin de passer l’oral devant un jury. Il y avait 5 personnes de la mini-entreprise. Nous avions 4 minutes et 5 diapos pour présenter les activités de la mini-entreprise devant ce jury. A la fin de notre oral, les membres du jury nous ont posé des questions.

59469443_10217953676300912_4120721314614870016_nNous avons aussi rencontré Madame la Rectrice, Mme Sohie Béjean, et nous avons eu la chance de lui expliquer notre produit.

A 15 heures, nous avons démonté notre stand car c’était l’heure des résultats du championnat et de la distribution des prix. A 15h30 nous sommes entrés dans une très grande salle : il y avait un animateur qui mettait une super ambiance et il y avait aussi de la musique. Il y avait les représentants de plusieurs entreprises (E.P.A Grand-est, Rectorat académie de Strasbourg, Crédit Mutuel, …).

Les différents prix ont été annoncé et la mini-entreprise « les mini-artistes2 » a été nommée pour le prix des Jeunes Entrepreneurs dans la catégorie Lycée. Nous sommes tous allés sur le podium et nous avons reçu un chèque d’une valeur de 300€ avec un diplôme grand format pendant que la salle applaudissait.

IMG_0977
Mme LAPIN et son prix des Jeunes Entrepreneurs

Ensuite, nous avons été pris tous ensemble en photo pour garder un souvenir de cette magnifique journée. Les mini-artistes2

Commémorations du 8 mai 1945, place de la République à Strasbourg

Comme tous les ans, des élèves du lycée Oberlin ont participé aux commémorations de l’Armistice de 1945 place de la République à Strasbourg.

lire l’article des DNA  DNA_9mai19

 

 

groupe 8mai19 (3)
Une dame en tenue traditionnelle alsacienne aux côtés du président du comité du Souvenir Français de Marmoutier, M. Jean-Louis Muller, de leur porte drapeau Jean-Paul Burckel et de M. Jacques Schindler, proviseur-adjoint du lycée.

Les 1 BPC2 sont classés 3e au Concours National de la Résistance et de la Déportation

Cette année la classe de 1BPC 2 s’est attaquée à l’écriture d’un « mémoire » collectif sur le thème: « Répressions et déportations en France et en Europe »,  dans le cadre du Concours National de la Résistance et de la Déportation  2019.       

Au cours de ce travail de recherches et d’écriture, les élèves ont réfléchi aux valeurs qui fondent notre société et se sont demandés ce qu’ils auraient fait s’ ils avaient été à la place des résistants et/ ou déportés de la 2e guerre mondiale.

Le recueil de textes s’intitule « Témoignage de notre compréhension du passé »   (cliquez sur l’image ci-dessous pour lire les textes) parce qu’il est à la fois la mise en mots d’une compréhension d’un passé que les élèves ont du mal à appréhender et la concrétisation d’un travail sur le Devoir de mémoire.

cnrd2019

Bravo aux élèves de 1 BPC2 qui sont classés 3e au prix départemental ONAC catégorie « travaux collectifs des lycées ». (Mme REMY)

Stolpersteine : les pavés de la Mémoire

Dans le cadre du projet « Auschwitz », mené, cette année avec  la classe de Terminale Bac Pro Vente, les élèves ont participé, mercredi 1er mai, à Strasbourg, à la pose de la Stolperstein  d’Abraham Lipszyc, qui  vivait et qui tenait une imprimerie 5, rue de Cordonniers. 97e6e471-3a9f-46f5-8ffd-a1ece404d4ddIl a été déporté à Auschwitz, par le convoi 71, et assassiné, le 18 avril avril 1944.  Alain et Sonia Lipszyc, ses petits-enfants, ont rencontré les élèves, lundi 29 avril pour leur raconter l’histoire de leur grand-père.

D’autres Stolpersteine ont été posées, à la mémoire de Juifs strasbourgeois (voir liste, Pose des Stolpersteine le 1er mai 2019-2) et durant  cette journée, chargée d’émotion, leurs proches leur ont rendu un vibrant  hommage (lire  Discours de Pascale Lemler le 1er mai 19- Stolpersteine.

 Stolpersteine est le pluriel du mot allemand Stolperstein qui signifie obstacles mais que l’on peut traduire littéralement par pierres d’achoppement, pierres sur lesquelles on peut trébucher.

Ces pierres sont la création de l’artiste allemand Günter Deming né après la Shoah. Ce sont de petits dés de béton de 9,6 cm de côté scellés au même niveau que les autres pavés du sol. La face supérieure est recouverte d’une plaque en laiton qui rappelle la mémoire d’une victime du nazisme. Chaque cube rappelle le nom et le destin d’une personne persécutée ou déportée ou assassinée dans un camp de concentration ou dans un camp de la mort parce qu’elle était opposante politique au régime, handicapée, juive, rom, membre de la Résistance, considérée comme asociale, homosexuelle, ou témoin de Jéhovah.

Encastrées dans le trottoir devant le dernier domicile volontaire ou dernier lieu de travail des victimes dans les années 30, plus de 70 000 mille Stolpersteine ont ainsi été posées depuis 1993, non seulement en Allemagne mais aussi dans 25 pays européens et une Stolperschwelle a été posée en Argentine. Sur chaque plaque est indiqué « ici habitait » ou « ici travaillait » ou « ici étudiait » …    avec ensuite le prénom, le nom, l’année de naissance et le destin individuel de chacune des victimes. Le concept (une victime – une pierre) aide à prendre conscience de l’ampleur des crimes nazis (6 millions de personnes c’est une petite fille + sa maman + son grand-père +  etc.) mais aussi à ré humaniser les victimes devenues un matricule en réinsérant leur nom et leur prénom dans l’espace public qui est le nôtre aujourd’hui.

Ces pavés nous rappellent, que, des femmes, des hommes et des enfants qui vivaient à Strasbourg, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont été assassinés à Auschwitz-Birkenau, en 1944 parce qu’ils étaient Juifs.

Leur Mémoire est désormais VIVANTE. (F.DERGAM)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre avec un journaliste en 2e BPC1

En quoi consiste le métier de journaliste ?

C’est cette question que les élèves de 2BPC1 ont été amenés à poser à Clément LACATON, journaliste à FRANCE INTER, venu les rencontrer dans le cadre de la semaine de la presse et des médias.

Cette rencontre s’est déroulée le jeudi 4 avril 2019 en nos murs. Outre les nombreuses ressources (images, articles, bandes sons…)  que Clément Lacaton a mis à notre disposition, il a fait travailler les élèves sur la charte d’éthique professionnelle des journalistes (voir  Charte-journaliste ).

« J’ai retenu de cette rencontre qu’un journaliste utilise les 5 W : Who (qui) ? What (quoi) ? When (quand) ? Where (où) ? Why (pourquoi) ? Il ne doit pas mentir, sinon il risque d’être renvoyé et de passer devant les tribunaux. Il doit vérifier ses sources, respecter la dignité des personnes, exercer la plus grande vigilance avant de diffuser des informations. Il doit aussi avoir l’accord des familles pour diffuser des photos de victimes. Un journaliste possède une carte de presse qu’il faut renouveler tous les ans. Il ne doit surtout pas confondre son métier avec celui d’un policier ou d’un juge. »

Chloé

« Avant cette rencontre, je pensais qu’être journaliste était simple et qu’il ne fallait pas beaucoup travailler. Mais Clément Lacaton nous a bien présenté ce métier et j’ai compris que c’était beaucoup de travail. Il faut parfois se lever très tôt le matin ou être disponible pendant des heures en fonction de l’actualité. C’est un métier compliqué, il faut réfléchir, analyser, faire des synthèses. De plus, ils ne gagnent pas toujours très bien leur vie et c’est parfois un métier risqué. »

Ilyas

«1 personne sur 3 partagent des informations chaque jour. C’est pourquoi le métier de journaliste est important pour faire le tri dans toutes les informations qui circulent sur internet. Le journaliste doit aller à la source de l’information, il ne doit pas mentir. Cela met du temps et leur demande beaucoup de travail. »

Elodie

« Le métier de journaliste est un métier difficile car, pour certains, ils se réveillent à 2h du matin pour connaître l’actualité de l’Agence France Presse. C’est un organisme qui donne les événements qui se produisent 24h sur 24h. Pour savoir si ce n’est pas une « Fake news » (fausse information), les journalistes utilisent la technique des 5 W. Quand ils interviewent des personnes, ils donnent toujours la parole aux deux camps, comme par exemple les gilets jaunes et la police, pour rester toujours objectifs. »

Maxime

« Il y a différents types de journalistes. Chacun a sa spécialité : sport, économie, politique, etc. C’est un métier qui bouge beaucoup et qui oblige à se remettre en question en permanence. Les salaires ne sont pas toujours fixes, ni toujours élevés. Les horaires sont souvent difficiles. »

Grégory

« Le métier est très compliqué car un journaliste doit assurer de nombreuses tâches, tout en respectant la Charte d’éthique professionnelle des journalistes qui comprend beaucoup de critères à respecter et à connaître. Mais le métier est aussi passionnant par les voyages et toutes les rencontres possibles. »

Luc

 

Rencontre franco-allemande

Vendredi 30 mars 2019, les élèves germanistes de 2 BPA et 2BPV du groupe de Madame Foltzer ont accueilli des élèves allemands des berufliche Schulen de Kehl.

Les élèves avaient fait connaissance à Kehl le vendredi 1er février 2019. Après l’accueil au lycée, les élèves ont profité d’une belle journée printanière et ont participé à un rallye en petits groupes franco-allemands dans le centre ville, l’occasion de redécouvrir Strasbourg et de faire connaissance ! (B. Foltzer, S. Audollent)

20190329_103051.jpg