Stolpersteine : les pavés de la Mémoire

Dans le cadre du projet « Auschwitz », mené, cette année avec  la classe de Terminale Bac Pro Vente, les élèves ont participé, mercredi 1er mai, à Strasbourg, à la pose de la Stolperstein  d’Abraham Lipszyc, qui  vivait et qui tenait une imprimerie 5, rue de Cordonniers. 97e6e471-3a9f-46f5-8ffd-a1ece404d4ddIl a été déporté à Auschwitz, par le convoi 71, et assassiné, le 18 avril avril 1944.  Alain et Sonia Lipszyc, ses petits-enfants, ont rencontré les élèves, lundi 29 avril pour leur raconter l’histoire de leur grand-père.

D’autres Stolpersteine ont été posées, à la mémoire de Juifs strasbourgeois (voir liste, Pose des Stolpersteine le 1er mai 2019-2) et durant  cette journée, chargée d’émotion, leurs proches leur ont rendu un vibrant  hommage (lire  Discours de Pascale Lemler le 1er mai 19- Stolpersteine.

 Stolpersteine est le pluriel du mot allemand Stolperstein qui signifie obstacles mais que l’on peut traduire littéralement par pierres d’achoppement, pierres sur lesquelles on peut trébucher.

Ces pierres sont la création de l’artiste allemand Günter Deming né après la Shoah. Ce sont de petits dés de béton de 9,6 cm de côté scellés au même niveau que les autres pavés du sol. La face supérieure est recouverte d’une plaque en laiton qui rappelle la mémoire d’une victime du nazisme. Chaque cube rappelle le nom et le destin d’une personne persécutée ou déportée ou assassinée dans un camp de concentration ou dans un camp de la mort parce qu’elle était opposante politique au régime, handicapée, juive, rom, membre de la Résistance, considérée comme asociale, homosexuelle, ou témoin de Jéhovah.

Encastrées dans le trottoir devant le dernier domicile volontaire ou dernier lieu de travail des victimes dans les années 30, plus de 70 000 mille Stolpersteine ont ainsi été posées depuis 1993, non seulement en Allemagne mais aussi dans 25 pays européens et une Stolperschwelle a été posée en Argentine. Sur chaque plaque est indiqué « ici habitait » ou « ici travaillait » ou « ici étudiait » …    avec ensuite le prénom, le nom, l’année de naissance et le destin individuel de chacune des victimes. Le concept (une victime – une pierre) aide à prendre conscience de l’ampleur des crimes nazis (6 millions de personnes c’est une petite fille + sa maman + son grand-père +  etc.) mais aussi à ré humaniser les victimes devenues un matricule en réinsérant leur nom et leur prénom dans l’espace public qui est le nôtre aujourd’hui.

Ces pavés nous rappellent, que, des femmes, des hommes et des enfants qui vivaient à Strasbourg, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont été assassinés à Auschwitz-Birkenau, en 1944 parce qu’ils étaient Juifs.

Leur Mémoire est désormais VIVANTE. (F.DERGAM)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre avec un journaliste en 2e BPC1

En quoi consiste le métier de journaliste ?

C’est cette question que les élèves de 2BPC1 ont été amenés à poser à Clément LACATON, journaliste à FRANCE INTER, venu les rencontrer dans le cadre de la semaine de la presse et des médias.

Cette rencontre s’est déroulée le jeudi 4 avril 2019 en nos murs. Outre les nombreuses ressources (images, articles, bandes sons…)  que Clément Lacaton a mis à notre disposition, il a fait travailler les élèves sur la charte d’éthique professionnelle des journalistes (voir  Charte-journaliste ).

« J’ai retenu de cette rencontre qu’un journaliste utilise les 5 W : Who (qui) ? What (quoi) ? When (quand) ? Where (où) ? Why (pourquoi) ? Il ne doit pas mentir, sinon il risque d’être renvoyé et de passer devant les tribunaux. Il doit vérifier ses sources, respecter la dignité des personnes, exercer la plus grande vigilance avant de diffuser des informations. Il doit aussi avoir l’accord des familles pour diffuser des photos de victimes. Un journaliste possède une carte de presse qu’il faut renouveler tous les ans. Il ne doit surtout pas confondre son métier avec celui d’un policier ou d’un juge. »

Chloé

« Avant cette rencontre, je pensais qu’être journaliste était simple et qu’il ne fallait pas beaucoup travailler. Mais Clément Lacaton nous a bien présenté ce métier et j’ai compris que c’était beaucoup de travail. Il faut parfois se lever très tôt le matin ou être disponible pendant des heures en fonction de l’actualité. C’est un métier compliqué, il faut réfléchir, analyser, faire des synthèses. De plus, ils ne gagnent pas toujours très bien leur vie et c’est parfois un métier risqué. »

Ilyas

«1 personne sur 3 partagent des informations chaque jour. C’est pourquoi le métier de journaliste est important pour faire le tri dans toutes les informations qui circulent sur internet. Le journaliste doit aller à la source de l’information, il ne doit pas mentir. Cela met du temps et leur demande beaucoup de travail. »

Elodie

« Le métier de journaliste est un métier difficile car, pour certains, ils se réveillent à 2h du matin pour connaître l’actualité de l’Agence France Presse. C’est un organisme qui donne les événements qui se produisent 24h sur 24h. Pour savoir si ce n’est pas une « Fake news » (fausse information), les journalistes utilisent la technique des 5 W. Quand ils interviewent des personnes, ils donnent toujours la parole aux deux camps, comme par exemple les gilets jaunes et la police, pour rester toujours objectifs. »

Maxime

« Il y a différents types de journalistes. Chacun a sa spécialité : sport, économie, politique, etc. C’est un métier qui bouge beaucoup et qui oblige à se remettre en question en permanence. Les salaires ne sont pas toujours fixes, ni toujours élevés. Les horaires sont souvent difficiles. »

Grégory

« Le métier est très compliqué car un journaliste doit assurer de nombreuses tâches, tout en respectant la Charte d’éthique professionnelle des journalistes qui comprend beaucoup de critères à respecter et à connaître. Mais le métier est aussi passionnant par les voyages et toutes les rencontres possibles. »

Luc

 

Rencontre franco-allemande

Vendredi 30 mars 2019, les élèves germanistes de 2 BPA et 2BPV du groupe de Madame Foltzer ont accueilli des élèves allemands des berufliche Schulen de Kehl.

Les élèves avaient fait connaissance à Kehl le vendredi 1er février 2019. Après l’accueil au lycée, les élèves ont profité d’une belle journée printanière et ont participé à un rallye en petits groupes franco-allemands dans le centre ville, l’occasion de redécouvrir Strasbourg et de faire connaissance ! (B. Foltzer, S. Audollent)

20190329_103051.jpg

Visite de la Diakonie-Kork par la section européenne (1ère et terminale ASSP)

Mardi 5 mars 2019, les élèves de 1ère et terminale ASSP section européenne allemand se sont rendues à la Diakonie-Kork (Kehl), accompagnées de leurs professeures, Mmes Froelich et Audollent. La Diakonie est un centre de soins et d’accueil pour les personnes en situation de handicap. Cette immense structure située juste de l’autre côté du Rhin dispose de deux écoles, d’un centre pour personnes souffrant d’épilepsie, de différents ateliers professionnels ou artistiques, de logements (sur le site et dans tout le Land Bade-Würtemberg). Elle propose aussi d’apporter de l’aide aux personnes en situation de handicap dans des domaines aussi variés que la vie sociale et professionnelle, les vacances, la scolarité ou les soins au quotidien.

Lors de cette visite, les élèves ont pu suivre une présentation en allemand de la Diakonie et de ses différentes missions.

dakonie4

diakonie2

Elles ont ensuite visité la laverie-blanchisserie (Wäscherei) qui emploie une trentaine de personnes, incluant un grand nombre de personnes en situation de handicap. Les machines et les différents postes sont adaptés afin que chacun, handicapé ou non, puisse y travailler.

Après la découverte de la blanchisserie, la visite s’est poursuivie, toujours en allemand, sur le site de la Diakonie…

diakonie3

diakonie1

 

Enfin, les élèves ont eu de plus amples informations sur la formation franco-allemande Heilerziehungspfleger / moniteur-éducateur et sur les nombreuses possibilités que peut leur offrir la Diakonie (stages, formations dans le domaine des soins et des services à la personne, volontariat…)

Cette visite a été très riche en découvertes et en informations ! Les élèves de section européenne ont pu réaliser à quel point l’apprentissage de la langue allemande et la proximité avec ce pays pouvaient les aider dans leur future vie professionnelle et leur ouvrir davantage de perspectives.

Quelques impressions…

« La visite de la Diakonie a été un enrichissement personnel énorme ! Nous avons pu découvrir un site immense et extrêmement moderne et avancé. Je suis impressionnée par le fonctionnement de cette structure.» Emilie

« Cette sortie était très intéressante. On a pu découvrir la formation franco-allemande ainsi que le site de la Diakonie.» Sarah.

« Ca m’a beaucoup plu. Même si, au début, c’était un peu long, après on ne voulait presque plus partir ! » Tiffany

« La visite de la laverie était très impressionnante car ils utilisent des techniques que je n’avais jamais vues. Grâce à la dernière présentation, j’ai pu trouver un nouveau projet professionnel.» Chloé

(Mme Audollent – Mme Froelich)

Les 2e ASSP2 au centre de tri des déchets

Les élèves de seconde ASSP2, dans le cadre de leur projet éco-citoyenneté ont visité, le mardi 5 février 2019, le centre de tri des déchets recyclables et le centre de valorisation des déchets verts situé 10 Route du Rohrschollen, à Strasbourg. Les informations recueillies au cours de cette visite permettront aux élèves de concevoir des actions de sensibilisation auprès des élèves du lycée Oberlin et d’enfants d’école primaire.

Le centre de tri des déchets recyclables est géré par l’entreprise ALTEM (Alsacienne de Tri d’Emballage Ménager) qui récupère le contenu des poubelles jaunes et qui sépare les différents déchets recyclables.

Que se passe-t-il dans ce centre de tri ?

  1. Etape 1 : Pesage des camions.
  2. Etape 2 : Les camions vident leurs bennes.
  3. Etape 3 : Des machines relèvent cette matière et la dépose sur des tapis.

 

20190205_11211920190205_112656

Etape 4 : Une machine trie les différents déchets en séparant : papiers/cartons – plastiques – métaux

Etape 5 : Des professionnels trient à la main les déchets au niveau de ces différents tapis

20190205_11163820190205_112256

Etape 6 : Emballage en grand cube

Etape 7 : Départ à Usine de recyclage

Le centre de valorisation des déchets verts est géré par l’entreprise VALTARRA qui assure le traitement des déchets verts (matières organiques). Le site appartient à l’Eurométropole.

D’où viennent les déchets verts ?

  1. – des jardiniers à 25% (de l’Eurométropole, des cimetières, …)
  2. – des particuliers à 60% (déchetteries)
  3. – des jardiniers professionnels à 15%

Quelles sont les étapes pour fabriquer du compost ?

20190205_102303

Lire la suite

Exposition « Femmes, la moitié du monde »

Dans le cadre du CESC et à l’occasion de la journée internationale du droit des femmes les femmes sont à l’honneur au Lycée Professionnel Oberlin ! Du 4 au 15 mars, tous les publics du lycée et du CFA sont invités à découvrir l’exposition culturelle et pédagogique « Femmes, la moitié du monde » éditée par Créa Diffusion.

Au niveau mondial et sur un plan démographique, les femmes et les hommes sont à égalité, leur nombre est globalement le même. L’égalité s’arrête là. Brimades, violences conjugales, meurtres etc. Discriminations au niveau de l’emploi, des salaires, de la vie publique, etc. Comment en est-on arrivé là ? Est-ce que ça peut changer ? L’exposition «Femmes, la moitié du monde» fait le point sur la condition de la femme en France, en occident et dans les autres parties du monde. Au-delà de son intérêt humain et culturel, l’exposition permet de rassembler tous les publics autour d’un sujet, traité avec une approche sensible, qui est propre à susciter la réflexion. (Créadiffusion)

Voyage de Mémoire des élèves TBPV

Les élèves de TPBV accompagnés par leurs professeurs Mmes DERGAM et EPP, et M. UNTEREINER proviseur, ont effectué un voyage de Mémoire le mercredi 6 février 2019 en Pologne, sur le site des camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Sur ces deux sites, près d’un  million de juifs ont été assassinés.

Ce voyage était organisé par le Mémorial de la Shoah de Paris avec la Région Grand Est et le Rectorat de Strasbourg.

En attendant les témoignages des élèves, quelques photos prises par M. UNTEREINER au cours de cette journée très particulière.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

CFA : rencontre avec les maîtres d’apprentissage de la filière COIFFURE

L’équipe du CFA Oberlin a été très heureuse d’accueillir sur le site Baldung Grien le lundi 28 janvier 2019, un certain nombre de Maîtres d’Apprentissage de la filière Coiffure. Ils ont pu assister au déroulement du cours de pratique de la classe de Brevet de Maîtrise, à la présentation de la méthode Raphael Perrier utilisée en TP et récupérer le bulletin de leur apprenti. C’est dans une ambiance conviviale et autour d’un excellent buffet, réalisé en partie par les apprentis de la section Petite Enfance, que les professionnels et les formateurs ont pu échangé sur le déroulement de la formation de leurs apprentis.

Merci à l’ensemble des salons de coiffure représentés par les MA, ainsi que Olivier Friant inspecteur d’apprentissage de la CMA et M. André Hissler représentant de la profession.

La Directrice Adjointe, L.ELOUAZZANI